Mairie de la Canourgue - 04 66 32 81 47

Voir
l'Agenda

D’hier à aujourd’hui…

La Canourgue comme tout le Causse de Sauveterre, a connu une importante occupation dès l’époque préhistorique, ainsi qu’en témoignent les nombreux monuments mégalithiques, dolmens ou menhirs et le matériel lithique très abondant trouvé à proximité immédiate du village. (dolmen du Chardonnet à Auxillac, rocher ruiniforme de La Roquette…)

De l’époque gallo-romaine subsistent aussi quelques vestiges, en particulier deux villas fouillées au lendemain de la dernière guerre dont l’une avec des mosaïques, l’autre avec des salles chauffées par hypocauste.

Mais à cette époque, la cité importante était Banassac, située à 1km à l’Ouest de La Canourgue. Banassac fut aux Ier et IIème siècles de notre ère, l’un des principaux centres de poterie. Elle exportait sa production dans tout  l’empire romain. Plusieurs fours ont été retrouvés sur son territoire en limite de La Canourgue. Il en existe probablement aussi à La Canourgue même, mais aucune fouille n’a pu être réalisée dans le secteur intéressant.

Un peu plus tard, à l’époque mérovingienne Banassac continua à avoir une activité industrielle importante avec la frappe de monnaies. C’est l’une de ces monnaies, un « triens » frappé de la légende « Sancti martini banassaccio fiit » daté de l’an 630, qui permet de situer au V ou VIème siècle la fondation du monastère Saint Martin de La Canourgue, un peu à l’écart de la ville de Banassac. Ce monastère était célèbre dès le huitième siècle grâce à un pèlerinage important auprès de reliques vénérées.

Canourgue Eglise

DSC_0064

 

 

A partir du IXème ou Xème siècle deux châteaux forts ont été construits pour protéger la cité. Ces deux châteaux étaient implantés sur la barre rocheuse qui verrouille la vallée, à 200 mètres à peine l’un de l’autre. Cette protection fut efficace puisque La Canourgue put se développer, alors que Banassac, beaucoup plus accessible à toutes les bandes armées qui ravageaient le pays, disparut complètement pendant plusieurs siècles. 

 

 

DSCN1254 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Gévaudan eut 5 monastères d’hommes, peuplés de moines bénédictins dont un à La Canourgue . Cette abbaye dotée et protégée par les Seigneurs du Gévaudan prospéra et c’est probablement entre 1060 et la fin du 12e siècle que l’église actuelle a remplacé le monastère. L’abbaye Saint Martin qui regroupait une douzaine de chanoines  (en patois local « Canoungié », d’où est venu le nom de La Canourgue ) fut cédée par l’évêque de Mende à l’Abbaye Saint Victor de Marseille. C’est alors que fut édifiée l’église actuelle, une magnifique construction de style roman : elle était sans doute à l’époque la plus grande du Gévaudan avec celle de Mende, siège de l’Evêché.

 

 

Canourgue Eglise               canourgue

 

  A la fin de IXe, l’Empire Carolingien s’effrite et devient la proie d’aventuriers et d’envahisseurs. Abritée derrière ses murs et défendue par les châteaux St Etienne et St Amans la ville croît de jour en jour. Comme tout le Gévaudan, elle connut à peu prés sans interruption pendant prés de 1000 ans, troubles, batailles entre seigneurs locaux, passages des « grandes compagnies » ou autres bandes armées, inondations catastrophiques, guerres de religion…..  Malgré cela, la vie continuait, les maisons étaient reconstruites sur les ruines de celles qui avaient été détruites et l’activité économique ne s’arrêtait pas.

Dans les siècles qui suivront, la ville aux ruelles étroites débordera son enceinte à ses deux sorties le Portal et Le Portalou.  La rue Callongue étirera sous une falaise propice à la défense, des maisons pittoresques où les marchands tiendront boutique pour les pèlerins se rendant à la Chapelle St Frézal.

 

DSC02979

 

 

_JMP7948

 

 

 

 

 

Au Moyen-Age

la cité prospéra autour de son monastère, de ses châteaux  et le long de ses nombreux cours d’eau. Ces derniers lui permettent de développer une économie particulièrement florissante.

Il existait déjà plusieurs moulins à roues verticales mais surtout horizontales assurant 3 productions:

  • la farine panifiable et la farine destinée à l’alimentations des animaux
  • L’orge perlée
  • l’huile de noix

 

DSC02977

 

DSC02969

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acte de paréage

Charte qui réglera jusqu’en 1789 l’organisation administrative et judiciaire du Gévaudan. Pour concrétiser cet acte :

Les armes de la ville sont depuis cette époque « au premier, d’azur à une fleur de lis et demie d’or qui est de France, Au deuxième, d’argent a un lévrier courant en bande de sable au collet d’or qui est de Canilhac »

 

logo

 

Renaissance

La draperie connait un grand essor. Les enrichis du négoce forment une nouvelle bourgeoisie et dotent  la cité de somptueuses demeures de style Renaissance. Son passé industriel non négligeable, repose sur l’énergie hydraulique : filatures et tissages, mégisseries et tanneries qui se sont installés au bord de l’eau et on peut voir encore leurs hautes façades se dresser au-dessus de l’Urugne. Chaque foyer possédait une quenouille ou un rouet. On fabriquait des serges, des cadis, des toiles de coton très estimées. Une particularité canourguaise était la fabrication de cadis refoulés ou abioux (pièces d’étoffe grossières tissées très serrées pour les rendre imperméables), et destinés aux doublures d’habits des troupes. Les canaux permettent de laver en grande quantité la laine des moutons du Causse, mais aussi celle importée d’Espagne ou du Levant pour répondre à la demande. On pense que ce trafic fut à l’origine de la Peste de l’année 1721 qui fit son apparition à Corréjac et décima les deux-tiers de la population.

 

C’est vers la fin du 18e siècle que laDSC02959 Canourgue commença à décliner, durement touchée par  la crise du textile, due à la concurrence des draps anglais

Il faut attendre 1890 pour voir la ville réorienter son économie, toujours à partir de ses richesses locales : les nombreux troupeaux et l’eau. La cité devenait la ville du travail de la peau. Les familles revinrent au bourg pour exercer la profession parfois à domicile, de gantier, mégissier, tanneur, négociant ou couturière. Les peaux et basanés servaient à la fabrication de chaussures, gourdes , ceintures médicales, selles ou  objets divers.  Mais cette industrie s’éteint à son tour vers la moitié du 20e siècle, les eaux de l’Urugne retrouvent leur limpidité. Les moulins sont aussi désaffectés et remplacés par des minoteries sauf un qui servira à la création d’une centrale micro hydraulique fournissant l’électricité au village.

 

 

Pays de Vigne 

Avec sa  faible altitude 563 m et ses nombreux côteaux bien exposés la cité était riche en vignes, ce qui apportait aux paysans un revenu appréciable.La vallée de l’Urugne et du Merderic, les argiles rouges des Clauzes ont porté des vignes bien avant le 16e siècle. A la fin du 19e La Canourgue avait 160 vignes, 130 entre les deux guerres. Vers 1945, 3 bouilleurs de cru s’installaient chaque automne sur le Pré Commun avec leurs alambics et distillaient chaque jour 80 à 100 litres d’eau de vie chacun. En 1970, il n’y avait plus qu’un seul distillateur. Aujourd’hui la viticulture a pratiquement disparu.

Vers 1850, on plante des mûriers et on cultive le ver à soie.

 

En 1972, La Canourgue, La Capelle, Montjézieu et Auxillac ont décidé de fusionner pour assurer une gestion plus économique et une meilleure coordination, doublant ainsi la superficie du territoire communal.

Aujourd’hui l’activité renait, elle est d’abord basée sur l’agriculture, qui profite de la proximité des caves de Roquefort, de la Bergerie Lozérienne à La Tieule, la laiterie du Massegros, et a su faire un élevage de qualité et des productions biologiques. La Canourgue et ses environs connaissent un essor démographique grâce aussi à l’implantation d’entreprises modernes , Sirail, Bienmanger.com,… L’eau demeure importante et permet l’implantation de 2 piscicultures et d’un lycée piscicole.

Le rôle de chef-lieu de canton est primordial, par ce qu’il implique d’activités administratives.

Autre moteur de l’activité locale, le tourisme très actif sur le secteur. Ce tourisme est tout d’abord du à la beauté de la région,  il a été amplifié et soutenu par la construction de nombreux équipements. La proximité de « La Méridienne » Autoroute A75 à 2 kms ainsi que le viaduc de Millau sont des facteurs très favorables à ce développement économique et touristique.

Contact
Place du Pré Commun
48500 La Canourgue
Tél : 04 66 32 81 47
Fax : 04 66 32 91 33